Ecolage

juillet
28

Les communautés de pratique d’enseignants avec le volet Éducation de Crédit Écolage : quand l’expertise de DID appuie le relèvement de la qualité de l’éducation du MENFP en Haïti.

Traditionnellement la formation continue en Haïti s’apparente à un dispositif plutôt magistral où un expert transmet des démarches ou des connaissances théoriques à des enseignants de profils différents et venant d’écoles différentes. Le principal reproche qu’il est possible de faire à ce genre de dispositif est qu’il propose un traitement égalitaire d’un public hétérogène. Le rapport de la SNA/EPT précise que « peu d’enseignants démontrent la maîtrise des programmes au point de pouvoir en agencer de façon créative les apports et de compenser adéquatement les failles par l’utilisation d’autres supports ». Pour combler le manque de formation continue des enseignants des premiers cycles du niveau fondamental en Haïti, Développement International Desjardins[1], à travers le volet Éducation du projet Crédit Écolage, propose la mise en œuvre des communautés de pratique d’enseignants (CPE) comme stratégie de formation continue par les pairs.

Dans la logique traditionnelle de formation continue, les participants peuvent ne pas pouvoir intégrer le contenu dispensé par le fait qu’il leur manque les pré-requis nécessaires que le formateur ne cherche pas toujours à identifier. Les communautés de pratique partent du principe que le partage des expériences comporte une dimension formative. L’intérêt des communautés de pratique est qu’elles permettent un apprentissage en vue d’agir vite au plan professionnel. Il ne s’agit nullement d’amasser des connaissances théoriques difficiles à matérialiser; au contraire, les échanges entre les membres de la communauté portent sur des cas pratiques, du vécu professionnel. Wenger, McDermott et Snyder définissent les communautés de pratiques comme « des groupes de personnes qui se rassemblent afin de partager et d’apprendre les uns des autres, face à face ou virtuellement. Ils sont tenus ensemble par un intérêt commun dans un champ de savoir et sont conduits par un besoin de partager des problèmes, des expériences, des modèles, des outils et leurs meilleures pratiques. Les membres de la communauté approfondissent leurs connaissances en interagissant sur une base continue et, à long terme, ils développent un ensemble de bonnes pratiques[2] »

Le contexte institutionnel influe sur les pratiques professionnelles de l’individu. Dans les communautés de pratique, les participants identifient des problèmes concrets d’apprentissage rencontrés par les élèves dans les salles de classe. Ils réfléchissent ensemble sur une meilleure stratégie afin de les résoudre, après avoir partagé les solutions qu’ils mobilisent habituellement pour résoudre les problèmes rencontrés par les élèves. Les communautés de pratique sont un dispositif de formation continue par les pairs. Elles se déroulent sous l’accompagnement d’un expert de contenu (conseiller pédagogique) qui se garde d’imposer sa logique. Les communautés de pratique comprennent le Directeur d’école et les enseignants. C’est le noyau initial. Elles sont accompagnées par l’équipe d’encadrement : Conseiller pédagogique (CP) et le Directeur de l’EFACAP. Dans les communautés de pratique d’enseignants, le conseiller pédagogique identifie les stratégies les plus pertinentes que les participants peuvent intégrer pour compléter leurs pratiques habituelles afin de les améliorer. Il importe pour cela de créer une ambiance de confiance et d’aisance qui facilite l’expression des participants.

Les échanges sur les problèmes pédagogiques permettent aux enseignants d’apprendre l’un de l’autre et de trouver des solutions plus pertinentes à leurs difficultés. Ces solutions pertinentes sont les pratiques innovantes, que les enseignants s’engagent à mettre en œuvre avec leurs élèves. Les pratiques innovantes renvoient aux « actions exécutées par l’enseignant ou l’ensemble de l’équipe-école dans le but de faire acquérir des savoirs, de développer des savoir-être et des savoir-faire des élèves ». L’objectif primordial des communautés de pratique est d’améliorer les pratiques pédagogiques pour favoriser aux fils et aux filles d’Haïti l’accès à un enseignement de qualité.

L’expertise de DID

DID a l’avantage de mobiliser dans l’opérationnalisation du projet Crédit Écolage un large éventail de personnes occupant des positions différentes, mais dont les actions contribuent à l’atteinte de l’objectif de l’amélioration des pratiques pédagogiques en salle de classe. Ces acteurs, à des niveaux différents de responsabilités, se trouvent au niveau du bureau central du MENFP à Port-au-Prince, au niveau départemental avec le SAP, au niveau régional avec les EFACAP (directeur d’EFACAP, conseillers pédagogiques, directeurs d’école, enseignants)

[1] DID, composante du Mouvement Desjardins assurant un leadership dans le développement de la microfinance à travers le monde. En Haïti, DID gère actuellement plusieurs projets financés par le gouvernement canadien.

[2] Wenger, E., McDermott, R., Snyder, W.M. (2002). Cultivating Communities of Practice. Boston, (MASS): Havard Business School Press.

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.